Pour voir une vidéo ou une photo, veuillez cliquer sur l’image

Une description plus détaillée dans l’agrandissement de l’image

 

Historiette : Court récit d’événements anecdotiques.

 

 

BIOGRAPHIE SOMMAIRE DE ROBERT CEARD FONDATEUR DU BATAILLON

 

Fils aîné de Nicolas Céard, le petit Robert voit le jour le 17 septembre 1781 à Versoix dans la campagne Montfleury.

Inscrit aux cours de l’Académie de Genève, il passe son Doctorat à Paris le 15 avril 1806. De retour à Genève, il exerce la profession d’avocat.

Le 22 juin 1809, Robert Céard uni sa destinée à Béatrix-Judith, fille de Pierre Boin, Conseiller d’Etat

En 1811 il devient Substitut du procureur impérial.

Le 15 octobre 1814 il acquière le droit de cité définitif à Genève et devient Suisse au moment de l’entrée de Genève dans la Confédération.

Le 17 décembre 1821 Robert Céard devient Procureur général.

En 1835, le Conseil d’Etat le nomme Commandant du Corps des pompiers de la Ville de Genève.

 

Le 29 mai 1840 à la tête de son EM, entouré de trois compagnies complètement constituées, équipées en armes et en uniformes, il reçoit les clés de huit dépôts de pompes qui abritaient tout le matériel de lutte contre les incendies que possédait Genève.
LE BATAILLON DES SAPEURS-POMPIERS DE LA VILLE DE GENÈVE ÉTAIT NÉ !

 

Le 24 juin 1840, le bataillon recevait le baptême du feu à la rue du Port. Le sergent James mourait en commandant sa pompe.

Le 13 septembre 1841, le bataillon passait sa première inspection devant la Chambre municipal, sur le Grand Quai.

En février 1847, publication par Céard de son ouvrage « De l’organisation des secours contre l’incendie à Genève ». Réédité en 1852.

Début 1848 Céard présentait sa démission pour raison de santé.

Bilan de son commandement à savoir entre le 29 mai 1840 et le 31 décembre 1847, la nouvelle organisation avait répondu à 433 alertes.

Le 3 mai 1860, Le lieutenant-Colonel Céard s’éteignait entouré de l’affection de ses sapeurs-pompiers.Enterré avec les honneurs militaires, il repose au cimetière de Plainpalais.Genève perpétue en lui consacrant une de ses rues.

Dernier geste de ce grand homme il léguait une somme de 500fr à la caisse de secours.

 

 

Plaque commémorative au 24 Place du Bourg-de-Four anciennement 226 où habitait Céard